WIEGO dans le Monde - Newsletter, Juin 2014

Une newsletter couvrant les faits saillants du Réseau WIEGO, de même que ses activités et ses progrès, dans la promotion de moyens de subsistance informels et sécurisés au travers des interventions stratégiques et des organisations renforcées
Juin 2014

La Fédération est née!

IDWF

En s’appelant la Fédération internationale des travailleurs domestiques (FITD), le Réseau des travailleurs domestiques internationaux consacre sa transformation et devient la première fédération mondiale des syndicats et associations gérés par des femmes.  Cette mutation historique a eu lieu au Congrès fondateur de l’organisation en Uruguay, en octobre 2013, qui a reçu l’appui du projet « Promotion du leadership des travailleuses domestiques », qui est soutenu par WIEGO. En apprendre plus
De même, en octobre, le compte rendu de Celia Mather intitulé « Oui, nous l’avons fait ! » Comment les travailleurs domestiques dans le monde ont acquis leur statut et leurs droits internationaux a été lancé. Cette publication retrace le chemin qui a conduit les employeurs, les syndicats et les représentants d’État à adopter, lors de la Conférence internationale du Travail, en 2011, la Convention sur le travail décent pour les travailleurs domestiques (C189) et les recommandations qui l’accompagnent. Lire Ensemble, nous avons réussi! Aussi, en anglais et en espagnol.

Protection des vendeurs de rue en Inde : le projet de loi est adopté!

Vendedores ambulante

En février 2014, la Chambre haute du Parlement indien a adopté le projet de loi (Protection des moyens de subsistance et réglementation du commerce de rue ou, en anglais, (Protection of Livelihood and Regulation of Street Vending), une victoire remportée de haute lutte et qui fait de l’Inde le premier pays avoir adopté à l’échelle nationale une loi progressiste en faveur des vendeurs de rue.  SEWA et l’Association nationale des vendeurs de rue (NASVI), tous deux membres du WIEGO, étaient au cœur du combat pour faire voter le projet de loi dont plusieurs dispositions protègent les moyens de subsistance, la sécurité sociale et les droits humains de plus de dix millions de vendeurs de rue en milieu urbain à travers l’Inde  Des décennies de lutte et cette victoire ont été examinées de deux points de vue dans la Newsletter WIEGO aux OBA du mois d’avril 2014.

Forum urbain mondial : la délégation WIEGO a laissé des traces

el Foro Urbano Mundial

Les villes fonctionnent mieux lorsqu’elles accordent de l’importance aux moyens de subsistance informels et que les travailleurs informels y sont reconnus et participent à la prise de décision. Tel est, en somme, le message qu’une délégation internationale de WIEGO a fait passer au Forum urbain mondial (WUF7) qui s’est tenu à Medellín, en Colombie, en avril 2014. Les événements organisés par WIEGO et ses affiliés ont attiré un large public et suscité beaucoup de discussions. De fait, des centaines de participants au Forum sont venus à notre stand pour en apprendre davantage des experts et des travailleurs informels qui faisaient partie de la délégation WIEGO. Plus important encore, notre délégation était la seule délégation à une rencontre internationale majeure à compter des travailleurs informels et à attirer l’attention sur les moyens de subsistance en milieu urbain.  L’objectif, pour nous, était de contester les décideurs municipaux et professionnels municipaux et d’ouvrir leurs yeux à la réalité de cette main-d’œuvre importante, voire imposante. À en croire la réaction des participants et des médias, l’objectif a fait son chemin.
Parallèlement au Forum, WIEGO a lancé sur notre site Web, à l’adresse http://wiego.org/cities, une nouvelle rubrique mettant en évidence les problèmes de subsistance en milieu urbain.

IEMS : l’étude est lancée

Après deux ans de planification, de formation, de recherche et de compilation des résultats, les conclusions de l’Étude de contrôle de l’économie informelle (IEMS) ont été communiquées au 7e Forum urbain mondial devant un large public très intéressé. Cette étude, qui a examiné les réalités que rencontrent les travailleurs informels dans dix villes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, est une collaboration entre WIEGO et nos partenaires dans le cadre du projet Villes inclusives. Les travailleurs à domicile, les vendeurs de rue et les récupérateurs de matériaux ont été étudiés. Les résultats ont été rapportés par les médias en Afrique, Amérique latine et Amérique du Nord. Vous pouvez lire le communiqué de presse du 9 avril 2014 et couverture du lancement sur  urb.im blog. Pour télécharger les Publications IEMS (d’autres y seront ajoutées au cours des prochains mois), cliquez sur le lien indiqué.

Plateforme de formalisation : les travailleurs informels y ont participé

En prévision de la discussion normative voulue par la « Transition de l’économie informelle à l’économie formelle », lors de la Conférence internationale du Travail (CIT) en mai-juin 2014, le programme WIEGO Organisation et représentation, ainsi que ses partenaires, ont organisé en série trois ateliers régionaux. Objectif : recueillir les réactions des représentants des travailleurs domestiques, des travailleurs à domicile, des vendeurs de rue, des récupérateurs de matériaux et autres travailleurs du secteur informel aux questions relatives à la formalisation de l’économie informelle. Les ateliers ont été organisés en Argentine, Afrique du Sud et Thaïlande. Une approche participative a permis de s’assurer que les voix des travailleurs informels — par leur OBA — sont intégrées dans une plateforme commune contribuant aux discussions à la CIT 2014 qui s’ouvre à Genève vers la fin de mai. La délégation WIEGO comprendra des représentants des travailleurs domestiques, des producteurs à domicile, des vendeurs de rue et des ramasseurs de matériaux. En apprendre plus

Débats sur l’économie informelle dans l’optique du droit

Depuis plusieurs années, WIEGO mène sous le thème Droit et informalité un projet multi-pays pour comprendre les lois qui ont des répercussions sur les travailleurs informels et comment ils s’y prennent pour les faire abroger et soutenir les groupes de travailleurs informels dans leur combat face à la loi. En faisant ce travail, WIEGO a trouvé que la loi peut être un outil efficace pour améliorer la vie des femmes travailleuses du secteur informel, d’autant plus qu’une action centrée sur le droit et l’économie informelle est à l’intersection de tous les autres volets du travail que fait WIEGO. Vers la fin de 2013, WIEGO a ajouté un nouvel élément de droit à la Sécurisation des droits économiques des femmes travailleuses informelles, prolongeant ainsi le travail en cours au Ghana, au Pérou et en Thaïlande et ouvrant ce programme d’activité à l’Inde et à l’Afrique du Sud. Plus tôt dans l’année 2014, nous avons actualisé et élargi notre microsite Droit et informalité, un travail qui, nous l’espérons, nous permettra de contester les cadres juridiques actuels qui, d’une part, favorisent les entreprises et les travailleurs informels au détriment des entreprises et des travailleurs informels et, d’autre part, favorisent les hommes au mépris des femmes.

Visibilité de la main-d’œuvre informelle : les statistiques en disent long

Donnant visibilité aux travailleurs dans l’économie informelle, le programme WIEGO Statistiques poursuit son travail pointu en collaborant avec de nombreuses organisations internationales. En septembre 2013, WIEGO a participé à la réunion annuelle de la Commission économique des Nations Unies - Groupe européen d’experts sur les indicateurs de la qualité de l’emploi.  Françoise Carré, collaboratrice au programme, Joann Vanek, ainsi que Rodrigo Negrete, membre WIEGO, ont présenté un document d’information sur l’utilisation des indicateurs proposés pour mesurer l’emploi informel dans les pays développés.

En octobre 2013, le manuel intitulé Mesurer l’informalité: Manuel statistique sur le secteur informel et l’emploi informel a été lancé lors de la Conférence internationale des statisticiens du travail à Genève. Joann Vanek, directrice du programme, a joué un rôle essentiel dans la préparation de ce manuel, auquel a collaboré le Groupe international d’experts sur les statistiques du secteur informel (Groupe de Delhi), et qu’a publié l’Organisation internationale du Travail (OIT). Pour accéder aux liens vers le manuel en anglais, espagnol et français, cliquez ici.
En décembre 2013, l’OIT et WIEGO ont publié Women and Men in the Informal Economy: A Statistical Picture, 2e édition, un rapport qui fournit pour 47 pays, et ce pour la première fois, des mesures directes de l’emploi informel à l’intérieur et à l’extérieur des entreprises informelles. WIEGO publiera bientôt Statistics on the Informal Economy: Definitions, Regional Estimates and Challenges (Document de travail WIEGO no 2), de Joann Vanek, Martha Chen, Francoise Carré, James Heintz et Ralf Hussmanns, un document d’accompagnement offrant des estimations régionales (à paraître bientôt 2014).

Formation des femmes au changement positif grâce aux organisations de commerce équitable, partenaires de WIEGO

Organizaciones de comercio justo

« Leadership et compétences en affaires pour les femmes adeptes du commerce équitable », ainsi se nomme un projet grâce auquel les productrices au Ghana, au Kenya et en Ouganda sont formées pour mieux comprendre leurs droits en tant que travailleuses et améliorer leurs revenus. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la Sécurisation des droits économiques des femmes travailleuses du secteur informel, un projet multivolet que coordonne le programme WIEGO Commerce mondial. En décembre, les partenaires se sont réunis en Ouganda pour discuter des réalisations et tracer la voie à suivre. En 2013, la première année complète du projet, une approche en cascade consistant à former des facilitatrices locales qui, à leur tour, vont former les femmes dans leurs propres communautés, a permis d’attendre des centaines de femmes,  approche qui présente aussi l’avantage d’assurer la durabilité des résultats au-delà de la durée du projet en tant que tel. D’autre part, une trousse d’outils en ligne, en cours d’élaboration, permettra d’exporter à d’autres pays africains la formation flexible à grande échelle. Renseignez-vous sur le projet et nos partenaires de même que cette approche dynamique de la formation à l’autonomisation.

Travailleurs informels : un projet réduit les risques liés au travail

Le programme WIEGO Protection sociale, qui met l’accent sur la santé et la sécurité au travail pour les travailleurs informels, a vu forger en Afrique du Sud, entre WIEGO et Asiye eTafuleni (AeT), un projet conjoint visant à renforcer la sécurité pour tous — travailleurs informels, clients et habitants des alentours — à Warwick Junction, à Durban. Ce projet, baptisé Phephanathi, mot zoulou qui signifie « se sentir en sécurité avec nous », associe des organisations de vendeurs, soit de 6 000 à 8 000 travailleurs informels qui gagnent leur vie sur les marchés et qui ont peu de protection contre les risques au travail, des blessures aux incendies en passant par les inondations. Grâce à ce projet, les vendeurs informels formeront dans chacun des neuf marchés de Warwick des sous-comités appelés à gérer les risques et à mieux faire prendre conscience des problèmes de santé et de sécurité de même qu’à en assurer le suivi. Les représentants élus seront formés aux premiers secours, à la sécurité incendie et aux procédures d’urgence. De plus, des « cartes de risques » seront mis au point. Le Comité de gestion des risques de Warwick Junction (WJ-RMC) devrait créer un forum de dialogue entre les vendeurs et la municipalité.

Une deuxième phase du projet verra forger des partenariats avec des professionnels de la santé et des experts en sécurité qui viendraient faire partager leurs connaissances aux vendeurs en milieu de travail. Les plans de cette phase ont été exposés il y a peu sur le site Web Défi OpenIDEO.
Par ailleurs, un article qu’a écrit Francie Lund, directrice du programme Protection sociale, pour la revue International Social Security Review, a été choisi par l’Association internationale de sécurité sociale (AISS) pour servir de pièce d’ancrage de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail en avril 2014. Un sommaire de l’article, publié sur le site Web de l’AISS, souligne la nécessité d’une plus grande protection des travailleurs informels, femmes et hommes, en milieu de travail. Francie Lund, qui est en train de développer également un nouvel axe, les soins des enfants et la protection sociale de la mère, s’est vue invitée par le Bureau régional de l’OIT — Équipe de travail décent pour l’Afrique orientale et australe — à présenter le point de vue des travailleurs informels à l’atelier intitulé « Avantages économiques et sociaux de la protection de la maternité », qui a eu lieu à Johannesbourg en décembre 2013.

Le travail des déchets : un projet explore les questions de genre

Sonia Dias, spécialiste WIEGO du secteur des récupérateurs,  a joué un rôle essentiel dans un projet d’étude de la discrimination à l’égard des récupératrices en Amérique latine, laquelle se fait à des multiples niveaux, et a mis en lumière les besoins des femmes. Le projet Déchets et genre est une collaboration avec le Réseau des récupérateurs d’Amérique latine (Red Lacre) et le Mouvement national des récupérateurs du Brésil (MNCR). Un récent article de Deia de Brito examine comment, en 2012 et 2013, le projet a permis aux récupératrices d’explorer les questions de relations entre les sexes, la violence, les préjugés et l’autonomie des femmes. Lire l’article
En juillet 2013, Sonia Dias et Elaine Jones, directrice du programme Commerce mondial, ont participé à une réunion régionale du Centre de solidarité à Sao Paulo. La réunion avait pour thème « Autonomisation des femmes, égalité des sexes et droits des travailleurs : transformer le terrain ».

Les travailleurs à domicile se maillent

L’isolement est un grand problème pour les travailleurs à domicile, une main-d’œuvre informelle vitale mais souvent invisible. Le projet WIEGO Strengthening the Movement of Home-Based Workers (Renforcement du mouvement des travailleurs à domicile) aide à surmonter ce problème en tissant des liens à travers les frontières et les régions. En Amérique latine, les groupes de travailleurs à domicile et les organisations de soutien ont tenu une première réunion à Lima en septembre 2013. Le projet a également soutenu une visite d’étude qui a vu les travailleurs à domicile de la Bulgarie, de la Macédoine, de l’Albanie et de la Turquie se rendre à Ahmedabad, en Inde, où ils ont été accueillis par l’Association des travailleuses indépendantes (SEWA) et HomeNet Asie du Sud. La formation des femmes leaders en matière de gouvernance  de droits des travailleurs et de stratégies de plaidoyer politique sont au nombre des activités prévues et menées à bien.

Nouvelles publications et ressources

Une nouvelle rubrique Web Collective Bargaining in the Informal Economy (Négociations collectives dans l’économie informelle) comprend cinq études de cas :

Un rapport de synthèse a été publié sous la forme d’un bref WIEGO voué aux efforts d’organisation : Informal Workers and Collective Bargaining: Five Case Studies  (Les travailleurs informels et la négociation collective) par Debbie Budlender.

 

La page Web Publications IEMS donne accès à des rapports et sommaires, fruit de cette importante recherche, dès qu’ils seront disponibles.

 

« Contract Labour in Global Garment Supply Chains » (La main-d’œuvre contractuelle dans les  chaînes d’approvisionnement mondiales de l’habillement), un document de recherche préparé par Man-Kwun Chan et  présenté en novembre aux membres institutionnels de l’Initiative de commerce éthique (ETI). De l’avis  de nombreuses entreprises, ce problème se pose dans d’autres chaînes d’approvisionnement au-delà de l’habillement, et plusieurs entreprises se sont engagées à se réunir à nouveau pour s’y pencher.

En bref

  • Challenges and Experiences in Organizing Home-Based Workers in Bulgaria (Organiser les travailleurs à domicile en Bulgarie : défis et expériences) par Dave Spooner (S’organiser, Note no 7)
  • Defining and Categorizing Organizations of Informal Workers in Developing and Developed Countries (Définition et catégorisation des organisations de travailleurs informels dans les pays en développement et les pays développés) par Françoise Carré (S’organiser, Note no 8)
  • Universal Healthcare Scheme in Thailand: Barriers to Access by Informal Workers (Régime universel de soins de santé en Thaïlande : les obstacles à l’accès des travailleurs informels) par Boonsom Namsomboon (Policy Brief [Social Protection] no 11)
  • En production : les synthèses statistiques sur les travailleurs à domicile au Bangladesh, en Inde, au Népal et au Pakistan. Les synthèses ont été lancées à Bangkok en mai 2014, et sera bientôt disponible ici.